Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 13:19

Il est certain que certaines personnes vont être étonnées.. déjà par cette musique composée par Miklos ROSZA... et parce que le premier film présenté est un ''block-buster" d'Hollywood...

i 1961 charlot bord maison regard en coin nb !! [1] un regard furtif vers mes "fans" pour y voir des réactions... ""retour vers ce qui pourrait être le "futur" de certains d'entre vous ... ""

1959 - PARIS.... un cinéma comme on en fait plus existait depuis 1899.. le ""Gaumont palace""... créé pour l'évênement, l'exposition universelle de 1900....

gaumont-palace1-1-.jpg le "gamin" qui se trouve "hors champ" de l'image en haut à droite est en train de faire la "queue" pour aller voir un "chef d'oeuvre"... 6000 places dans ce temple du cinéma... et 1959, deux projecteurs pouvant reproduire les images 70mm d'un réalisateur.. "Le plus grand cinéma du monde" à cette époque... même les""ricains" nous l'enviaient... un écran de 24 mètres de large... et 12,5 de hauteur.. et seulement ""deux séances".. une à 15 heures.. et l'autre à 21 heures... il faut préciser qu'en plus du film d'une durée de 3 ou 4 heures, vous aviez droit à dessins animés, documentaire, actualité, et même attractions diverses sur scène... trop occupé à rêver, pas le temps de "faire le con" dans la rue... c'est vrai, j'habitai pas une cité... c'était une "chambre de bonne" nom très commun donné à ces endroits où la france profonde vivait, bien loin des "palais" déjà Elyséens de nos dirigeants...

A 9 ans, lorsque vous voyez Charlton Heston dans le rôle de Ben-Hur, conduisant un char conduit par "quatre étoiles"... ( tiens, vous vous souvenez du nom des chevaux ? ) ""Antares l'étoile du crépuscule, Altaïr, l'étoile qui tourne si vite sur elle-même, Riguel l'étoile d'Orion, Aldebaran...le suiveur""... j'étais ""un cancre" à l'école, à coté du radiateur... me réchauffant de moments intenses où je tentais d'apprendre... mais grace à ce cinéma... je me souviens du nom de ces étoiles !!! et peut vous les communiquer.

Et bien, est-ce que vous imaginez qu'à cet instant, je m'occupais de savoir si cet acteur collectionnait des armes ? non, il était celui avait la force de vivre... aidé par une main tendue...

Bien sur, ""Bambi"" et autres dessins animés pat Walt et son équipe me faisaient croire à ce monde "animal" où la chasse n'existait que pour survivre.... et le principe de ""Liberté"" vint très rapidement !!

""Vivre Libre""... le film qui soi-disant a fait pleurer la Reine d'Angleterre et qui m'a fait pleurer aussi ... sauf que moi je ne versais pas de larmes sur une "couronne" perdue... ni sur un "Roi"... mais seulement sur la séparation de deux êtres qui s'aiment...

je me souviens d'acteurs dont vous n'avez jamais entendu parler...ou seulement parce qu'ils ont été le temps d'un film le ""papa d'un Superman".. Glenn Ford...

 

mais pour moi, il était.... ""Jubal""

ou seulement un père dans l'attente d'un coup de téléphone qui demandera une ""rançon"" pour le kidnapping de son fils !!

_465__ransom1-1-.jpg et qui saura dire non en menaçant le "méchant" de le poursuivre dans le cas où....

un exemple parmi tant d'autres, comprenant le cinéma français... et ses chefs'd'oeuvres méconnus ...

Gérard BLAIN et sa compagne Bernadette Lafont ... François Truffaut -1957- ""Les MISTONS""... "" short film" déjà !!!

et une violence déjà présente... comme pour nous prévenir de ce qui nous attendait ...alors que nous ne voulions l'admettre !!!

Même le "western" m'apprenait beaucoup de chose sur l'être humain et dans les années 70... à 20 ans je visionnais ce massacre que l'Amérique tente d'oublier aujourd'hui... ""Sand-Creek""...

le ciné Italien bien sur et les "frères de rocco""... et "Sophia Loren"...éperdument amoureuse d'un producteur qu'elle ne put épouser... le ""Pape"" condamnant cette union !! pourtant la ""Ciociara"" une femme perdue en une guerre et rencontrant l'amour d'un "BELMONDO" instituteur avant de devenir... le ""flic"" qui le rendait célèbre !!!

Et déjà... le ""viol"" d'une femme et de sa fille n'ayant même pas la possibilité de se laver de cette ignominie..qu'un cinéma condamnera en ""interdisant le film au moins de ...."""

 Et de là, je jurais de m'élever contre toute forme de censure !!!

Du cinéma anglais... et de ""la solitude du coureur de fond"" deTony Richardson, montrant un jeune révolté refusant de franchir la ""ligne"" qui offre la victoire de la réhabilitation...

 avec un acteur, Tom COURTENAY, qui deviendra le ""Strelnikov"" ayant augmenté sa révolte dans "Docteur Jivago"...

en passant par le cinéma allemand...et ""'L'honneur perdu de Katharina Blum"" femme ayant passé une nuit avec un jeune homme qui sera soupçonnée de terrorisme, sa rencontre d'un soir, étant assimilée  à des "contacts" avec une ""bande"" célèbre....et poussé par une ""presse"" toujours aussi avide de sensation verra sa vie détruite !

..........toujours et encore interdit au moins de ...... !!

Alors je me réfugiai dans ""le Silence""... du cinéma Suédois... Ingmar Bergman..

 en un travelling incessant sur l'ile de "Lesbos" au travers d'un temps qui ne passe plus au faveur de pendules sans aiguille....

Le cinéma Russe ne ma laissa pas indifférent non plus, puisque j'y découvrais le "vol de cigognes" primées lors d'un festival de Cannes en 1958....

"" La découverte de l'humanisme"" ... sur fond de guerre, dans un film où pudiquement, on montrait l'amour pendant un conflit où une armée héroique mais désorganisée luttait contre le fascisme.... j'avais 10 ans !!!

C'était le temps où on quittait une salle pour entrer dans une autre.. la télé ne possédait qu'une seule chaine et le prix d'une place coutait moins chère que la redevance télé...

C'est ainsi que je fis la connaissance de Quasimodo - anthony Quinn- avant de lire le livre du "camarade Victor"... et à la lecture, à chaque page je voyais le visage celui qui l'avait si bien interprété à l'écran... je ne vous parle même pas d'Esméralda.... objet de fantasmes d'ado qu'au travers de lignes...on pouvait imaginer les courbes !

Un curieux mélange que celui de la littérature et du cinéma...qui permet de mettre de images sur des mots sans avoir besoin de les imaginer ... beaucoup de films m'ont déçu ... adaptations très libres de chef d'oeuvres ... mais beaucoup de films m'ont fait apprécier des livres qui m'avaient fortement déçu aussi...

Comprenez moi bien, les films présentés ici ne sont qu'un exemple du chemin parcouru... et je continue à chasser l'image d'où qu'elle provienne... à la seule condition qu'ele puisse toucher mon coeur de cinéphile...

"" Le coeur est un chasseur solitaire"" un livre de "Carson McCullers"

Un livre qui m'a fait pleurer... un film qui m'a fait pleurer... tout autant -Robert Ellis Miller-

 

Il est sourd et muet... elle lui apprend la musique !!! Alan Arkin et une jeune débutante qui allait devenir pendant un moment ""Madame Clint Eastwood" - Sondra Locke -...

Un de mes films préférés qu'hélas je ne possède pas...les mystères d'une distibution françaises ayant d'autres priorités !

To be followed !.......

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Richard Khaitzine 10/09/2012 18:42


Salut frangin...


Que tout cela me semble à la fois loin et totalement actuel pourtant.


Concernant Glenn Ford, il ne faut pas oublier l'extraordinaire "4 cavaliers de l'apocalypse" tiré du roman de Ibanez, ni "la première balle tue"... un régal l'histoire de cet épicier nostalgique
de sa réputation de tireur... et en prime un acteur bien oublié... Broderick Crawford.


Côté Bergman, mon préféré "Le visage". Cinéma italien ? plusieurs titres qui sont de purs chefs-d'oeuvre en plus de ceux cités: Metello  avec Massimo Ranieri, véritable hymne à l'anarchie et
"Un vrai crime d'amour" avec Guliano Gemma qui rompait avec le western et le péplum.


Cinéma russe? "Le 41e", non disponible en vidéo et surtout le film qui fit verser des torrents de larmes aux plus endurcis..."La Ballade du Soldat". On pourrait citer le totalement inconnu "Père
du Soldat", histoire de ce géant Georgien coiffé d'une chéchia et qui traverse la guerre à la recherche de son fils... Et puis surtout le premier vrai grand dessin animé... T'en souviens-tu? "Le
Petit cheval Bossu", une rareté...


PS. Tu as bien fait de citer Notre-Dame de Paris. Anthony Quinn y étant bouleversant. Heureuse époque que celle où Delannoy et quelques autres faisait rayonner le 7e art français et ne se
complaisaient pas dans la facilité et les films à la con!


Quant au ciné allemand, je pense que tu te souviens de la trilogie des "08/15" avec Joachim Fuchsberger, lequel affronta aussi la Grenouille quand elle attaquait Scotland Yard, polar tiré d'un
roman du grand Edgar Wallace...

geka 12/09/2012 12:10



Que de souvenirs avec tous ces titres !!! Glenn Ford et les 4 cavaliers avec " Boyer".. notre français ! La ballade du soldat, j'en ai parlé y'a ps longtemps. et bien sur les 08/15... et
la "grenouille" !!! chefs d'oeuvres !!! LE PETIT CHEVAL ... je me souviens du titre mais pas du dessin animé... par contre je me souviens de ""la biche aux sabots d'or"... rare aussi !! mais on
va arrêter de citer tout ça... faut que je les mette dans le bouquin !! on leur fera la surprise ! bises frangin !!!!



Mary Blue 16/07/2012 15:08


Salut mister ciné


je tiens pas le rythme,  pas encore répondu à cet article là  que tu as


déjà pondu un autre 


Quelle belle salle le Gaumont, quelle chance d'avoir pu  


découvrir les films dans cet endroit, ça devait ajouter à la magie  !  


Nous avons quelques goûts en commun, oui Glenn Ford, oui la Ciociara ,


Sophia Loren quelle actrice ,  quelle émotion et  Rocco et ses frangins ,  oui Les


Mistons ,  oui à Quinn dans Notre -Dame, mais Gina ne  m'a pas fait  fantasmer  et  sorry moins
les peplums 


 quand je revois Charlton Heston je trouve qu'il en fait des tonnes...


oui  ça rime !  !


 Je n'ai pas vu ce Bergman et j'ose le dire  ? oui , je le dis,  allez  me suis


ennuyée à plusieurs autres.....par exemple "Cris et chuchotements", peut- être


me faudrait t'il le revoir maintenant


que je suis plus...enfin moins... jeune ! lol ! 


En ce moment je délaisse le ciné, faut dire que la programmation n'est pas trop à


mon goût , me reste à voir le Ken Loach quand même ," La part de s anges " 


  cher Gilles plein de bises MB 


...et on continue hein à parler cinoche ! @+ 


 


 

geka 17/07/2012 11:36



Ah le cinoche !!! comme je sais que tu aimes, le prochain article ne sera ps sur le ciné... mais comme du ciné !!! " presque un scénario sous forme de conte"... il y aura des
références.. mais il sera uniquement fait pour rèver .... à bientôt " Princesse MB"... (c'est un indice lol )...bisouss



fatizo 15/07/2012 11:02


Il y a tout dans cet aticle .


L'amour du cinéma , mais, il transparait dans chacun de tes articles .


Le besoin de rêve, celui que nous avons tous en nous , mais que le cinéma a pu développer pour faire ce chacun de nous le plus grand des réalisateurs dans sa tête .(tiens cela me donne une idée
de billet . Merci Geka)


Et puis le cinéma , c'est aussi la vie, la politique, se poser des questions sur le monde qui nous entoure ...


Encore Merci pour cet aticle et bonne journée . Amitiés .

geka 15/07/2012 12:41



D'un connaisseur à un autre, j'attend le résultat de cette idée... parce que tes articles m'en donnent aussi... est-ce ça ""l'osmose"" ? je n'en doute pas, la réciprocité s'effectue...bon
dimanche à toi aussi ..



Franck Balmary 14/07/2012 20:38


Que d'images, que de mots, que de rêves…

geka 15/07/2012 10:50



et ce n'est qu'une infime partie !



Janice 14/07/2012 11:15


Ah j'oubliais : moi, j'ai connu le kinopanorama, qui était qq chose aussi !! Je ne sais plus où il était, mes parents m'y ont emmené, j'étais très jeune ... Je ne crois pas que c'était celui que
tu décris, à moins que ma mémoire me fasse défaut; il me semble qu'il y avait le Gaumont dont tu parles et plus, tard, le kinopanorama ...

geka 14/07/2012 12:38



J'ai eu la chance d'être invité à la première au Kinopanorama ( rien à voir avec le Gaumont Palace, le kino se situant dans le 15 ème arrt de Paris).. un documentaire... sur cet écran (
en réalité trois écrans mis bout à bout).. et j'ai continué à le fréquenter pour avoir la chance de découvrir le film qui serait le "must" en cette salle... "" Guerre et Paix "" de Sergueï
Bondartchouk... en trois épisodes  de deux heures trente environ... Le temps de visionner ce qui se passait à gauche de l'écran nous empêchait de voir ce qui se passait à droite... il
fallait donc revenir visionner le film pour tout voir... mais le coût... l'économie, le rapport "culture-fric" ..a empêcher la continuité de cette salle... un dernier essai avec " ORANGE
Mécanique"... pour tenter de continuer n'a rien fait !!! UGC. est devenu ""Roi"" avec sa taille d'écrans télés.. mais avec trois..quatre...cinq ou six films par jour !!! rendement oblige
ici...au détriment de qualité ! je regrette ce temps où les salles offraient le plus ... y compris ce panneau de""pub"" à l'entr'acte.. descendant du plafond, vénérant les bienfaits d'un "petit
beurre LU"... utile à la nutrition... comme le film l'était pour l'imagination.. Une autre époque... d'autres films... ce qui ne m'empêche pas d'aimer ceux d'aujourd'hui... lorsque le public
n'est pas ""muet"" d'admiration...sur un projet où même le "noir et blanc" ont une certaine couleur... ""la couleur de l'argent" !! bises janice



Recherche